Les Étoiles

Les cieux resplendissants d’Étoiles

Aux radieux frissonnements,

Ressemblent à des flots dormants

Que sillonnent de blanches voiles.
Quand l’azur déchire ses voiles,

Nous voyons les bleus firmaments,

Les cieux resplendissants d’Étoiles

Aux radieux frissonnements.
Quel peintre mettra sur ses toiles,

O Dieu! ces clairs fourmillements,

Ces fournaises de diamants

Qu’à mes yeux ravis tu dévoiles,

Les cieux resplendissants d’Étoiles?

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A ma soeur Cécile

Conversation