Les cônes

23h54.
Un bâton de réglisse ancré entre les dents,
Le béton d’un quartier battant sous ma semelle,
L’odeur du chèvrefeuille exprime dans mon chant
Le regard de la Lune, aussi blanche que belle.

Sous cette rue livide où la lumière est jaune,
Des armadas de nefs croisent en ciel obscur.
Alors que sur le sol, de bien modestes cônes
Pointent vers les hauteurs, exaspérés d’azur !

Thibault Desbordes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Mélancolies monégasques

La Dernière Fête galante