Ô terre, dans ta course immense

Ô terre, dans ta course immense et magnifique,
L’Amérique, et l’Europe, et l’Asie, et l’Afrique
Se présentent aux feux du Soleil tour à tour ;
Telles, l’une après l’autre, à l’heure où naît le jour,
Quatre filles, l’amour d’une maison prospère,
Viennent offrir leur front au baiser de leur père.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments