Le chêne du parc détruit

I.

Ne me plains pas, me dit l’arbre,
Autrefois, autour de moi,
C’est vrai, tout était de marbre,
Le palais comme le roi.

Je voyais la splendeur fière
Des frontons pleins de Césars,
Et de grands chevaux de pierre
Qui se cabraient sous des chars.

J’apercevais des Hercules,
Des Hébés et des Psychés,
Dans les vagues crépuscules
Que font les rameaux penchés.

Je voyais jouer la reine ;
J’entendais les hallalis ;
Comme grand seigneur et chêne,
J’étais de tous les Marlys.

Je voyais l’alcôve auguste
Où le dauphin s’accomplit,
Leurs majestés jusqu’au buste,
Lauzun caché sous le lit.

J’ai vu les nobles broussailles ;
J’étais du royal jardin ;
J’ai vu Lachaise à Versailles
Comme Satan dans Éden.

Une grille verrouillée,
Duègne de fer, me gardait ;
Car la campagne est souillée
Par le boeuf et le baudet,

L’agriculture est abjecte,
L’herbe est vile, et vous saurez
Qu’un arbre qui se respecte
Tient à distance les prés.

Ainsi parlait sous mes voûtes
Le bon goût, sobre et direct,
J’étais loin des grandes routes
Où va le peuple, incorrect.

Le goût fermait ma clôture ;
Car c’est pour lui l’A B C
Que, dans l’art et la nature,
Tout soit derrière un fossé.

Voter pour ce poème!

Victor Hugo Apprenti Poète

Par Victor Hugo

Victor Hugo est un poète, dramaturge, prosateur et dessinateur romantique français, né à Besançon le 26 février 1802 et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des voyages. Embarquez avec nous, comme Jules Verne, et écrivez votre aventure.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Noces et festins

Quelqu’un