politesse n’est pas laisse…

La politesse,

Tant de choses s’accumulent à ce tragique endroit,
trop souvent imposée comme un laissé-passé,
signe tangible de la ponctualité des rois,
des maîtres, petits-bourgeois, d’un monde trépassé,

carrément tyrannique apprise à coups de trique,
obliger dès l’enfance au corps un peu sauvage
l’apparente propreté, quand la morale étrique
les relations humaines en rêvant d’esclavage,

c’est un carcan d’esprit servant à dédouaner
dans la civilité tous les dominateurs,
elle donnait aux plus lâches un air suranné,
en les gardant dans l’ombre, de tout calomniateur,

et peut-être le plus triste, de ses tristes méfaits,
est d’avoir convaincu les pauvres de leur bassesse,
car naturellement le respect est un fait,
et surgissant du cœur, ignore la politesse…

 

Voter pour ce poème!

Ne soyez pas comme le poète oublié Verlaine et laissez un commentaire pour montrer votre reconnaissance !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments