Aline

J’ai vu sur la colline,
Pieds nus, cheveux au vent,
Aline
Qui s’en allait rêvant.

Les roses éphémères
Couronnaient son beau front.
Chimères
Qui s’évanouiront.

J’ai vu sur la colline,
Le sein tout palpitant,
Aline
Qui s’en allait chantant.

Riant de la rebelle,
Un soldat avait pris
La belle :
L’innocence a son prix.

J’ai vu sur la colline,
Son chagrin était grand !
Aline
Qui s’en allait pleurant.

Le soldat infidèle
Buvait, en vert galant,
Loin d’elle,
L’amour et le vin blanc.

J’ai vu sur la colline
Une fosse au printemps :
Aline
Y dormait pour longtemps.

Revint le mauvais hôte
Au seuil qu’il assiégea ;
Bien haute
L’herbe y poussait déjà.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Arsène Houssaye

Arsène Houssaye, pseudonyme d’Arsène Housset, né le 28 mars 1814 à Bruyères-et-Montbérault et mort le 26 février 1896 à Paris, est un homme de lettres français. Il est également connu sous le pseudonyme d’Alfred Mousse.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez la muse vous guider, comme elle l'a fait pour Lamartine. Commentez et émerveillez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Évocation

Capitaine de l’absurde