À grand-papa

Il faut écouter, amis,
La parole des ancêtres.
— Ne soyons jamais soumis !
Mais, d’où viennent tous les êtres ?

Donc pour cela, puis-je oser,
À travers l’imaginaire,
Vous envoyer un baiser
De tout mon cœur, mon grand-père ?

Vous faisiez des vers très doux
D’après le doux Théocrite,
« L’Oaristys ! » C’est de vous
Qu’en faisant ces vers, j’hérite.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments