Paristambul

Pour ceux qui l’aiment

La ville se laisse découvrir

Nue

Pour les autres elle s’habille

elle s’endimanche

elle s’esplanade se monumente s’invalide se basilique

et

instantanément

à la demande

prend la pose plastique

Les artistes sont très contents

le modèle ne s’est pas fait prier

Préconçue

comme une idée

la photo peut se développer

Le cliché est un vrai cliché

Alors apparaît
Paris dans l’ineffable clarté

de la blancheur
Persil

On peut l’emmagasiner

C’est du tout cuit

Mais dans la petite foule des grands reporters

touristiques surgissent encore des vagabonds et des rêveurs

avec leur lanterne sourde

leur orgue de
Barbarie

Ainsi
Karabuda

comme jadis le calife des
Mille et une
Nuits se

promenait dans
Bagdad comme chez lui se promène dans
Paris

Que dire de sa technique

simplement qu’entre sa boîte de
Pandore et lui

c’est une simple question de tact

la machine obéit à l’homme qui obéit à la machine comme l’aveugle obéit à sa canne blanche qui lui

obéit aussi comme le peintre parfois à son pinceau à son crayon à son outil

Et quand la petite machine à raconter la vie

pour son propre compte

raconte cette vie

Karabuda s’en laisse conter par elle

et

comme un ami se laisse guider

par les rêves de son amie

grâce à elle il surprend tous les secrets publics

de la ville éveillée

de la ville endormie

Et le rideau des jours

se lève et se baisse sur cette ville

sur sa vie

sur la vie

Sur la vie caressée éblouie

sifflée et applaudie

par la vie

Notez

Voter pour ce poème!

AVIS, CRITIQUES ET ANALYSES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Par Jacques Prévert

Jacques Prévert est un poète, scénariste, parolier et artiste français, né le 4 février 1900 à Neuilly-sur-Seine, et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite.

L’une vous aime, et si ne peut savoir

Fenêtres ouvertes