Foufroye moy de grace …

Foudroye moy de grace ainsi que Capanée
O pere Jupiter, et de ton feu cruel
Esteins moy l’autre feu qu’Amour continuel
Toujours m’alume au coeur d’une flame obstinée.

É ne vautil pas mieus qu’une seule journée
Me despouille soudain de mon fardeau mortel,
Que de soufrir toujours en l’ame un tourment, tel
Que n’en soufre aus enfers l’ame la plus damnée ?

Ou bien si tu ne veus, pere, me foudroyer
Donne le desespoir qui me meine noyer,
M’elançant du sommet d’un rocher solitaire,

Puis qu’autrement par soing, par peine et par labeur
Par ennuy, par travail, je ne me puis defaire
D’amour, qui maugré moi tient fort dedans mon coeur.

Les meslanges

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments