Que tu es Cicéron …

Que tu es Ciceron un affetté menteur,
Qui dis, qu’il n’y a mal sinon que l’infamie,
Si tu portois celui que me cause m’amie,
Pour le moins tu dirois que c’est quelque malheur.

Je sen journelement un aigle sus mon coeur,
J’entens un soing grifu, qui come une Furie
Me ronge impatient, puis tu veus que je die,
Abusé de tes mots, que mal n’est pas douleur

Vous en disputerés ainsi que bon vous semble,
Vous Philosofes, Grés, et vous Romains ensemble,
Mais je croy pour le seur qu’un travail langoureux

Est douleur, quand Amour l’encharne dedans l’ame,
Et que le deshonneur, la honte, et le diffame
N’est point de mal, au pris du tourment amoureux.

Les meslanges

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments