Se faire une cuirasse

Je ne veux du bonheur

que plaisirs éphémères

et ces joies passagères

que l’on oublie sur l’heure.
Me suis fait une cuirasse

et me complais dedans.

J’y conjugue au présent.

Elle ne prend nulle trace
J’y conjugue au présent.

Et pourtant sans savoir,

que de choses d’antan

me font mal ! De toutes parts.
Me font mal et me blessent.

Mais je les tiens en laisse !

Et dans ma forteresse,

je ne cesse de m’armer !
Contre quoi ? Contre tout

dans ma cuirasse à trous

où s’installe comme chez soi

ce dont je ne veux pas !
1981

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Rêveuse

La Lavande