Une histoire

Et c’est au fil de nos sourires

que se noua le premier fil.
Et c’est au fil de nos désirs

qu’il se multiplia par mille.
Était-ce au fil de mes espoirs

qu’en araignée tu fis ta toile ?
Car c’est au fil de tes départs

qu’au piège je fus l’animal…
alors qu’au fil de ton plaisir

se brisera… le dernier fil.
1981

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Comme un chant…

Se pétrir d’un voyage