Tes yeux

Tes yeux

 

T’es p’tite tu l’sais,

Tout l’monde te l’dit.

T’as l’corps coincé près des radis.

Mais tes yeux …

 

C’est pas que j’veux complimenter,

Y a pour çà tout un tas d’fêlés

Qui t’tournent autour sans t’regarder,

Qui font d’l’esbrouffe pour t’épater,

Mais tes yeux …

 

Tu poses ta voix dans les aigus

Pour qu’y regardent plus haut q’ton cul

Mais tes yeux …

 

Tu ris d’en bas comme une sono,

Qui s’éclat’rait sans son micro.

T’a l’gest qui accompagne le mot,

Que s’en est même très rigolo.

Mais tes yeux …

 

T’es fringué j’sais pas dire comme,

Tantôt Sadé tantôt bel homme

Mes tes yeux …

 

Tu bosses parfois en pyjama,

Toi tu me dis q’s’en n’est pas.

D’aut’es jours c’est plus colorama,

Tu soulignes ton panorama

Mais tes yeux ….

 

T’as plein d’ferrailles qui pendouillent,

T’as pas trop peur de prend’e la rouille,

Et t’as du plomb dans la cervelle,

Beaucoup plus lourd que tes mamelles.

Mais tes yeux …

 

Quand mes deux yeux s’y noient Lilue,

On pourrait dire que j’y vois plus.

J’t’ai dans l’iris douce ingénue.

T’es tout’ p’tite mais je t’ai vu.

Et tes yeux …

 

0

Voter pour ce poème!

2 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Sexe pistil

Le botaniste est amoureux