Daphné se vit en laurier convertie

Daphné se vit en laurier convertie
Quand Phébus fut par elle contesté,
Pour un exemple à la postérité
De ne se rendre à l’amour ennemie.

Une Atalante autrement fut punie
Qui n’en usait avec honnêteté ;
Aussi Narcisse aimant trop sa beauté
Dans la fontaine a terminé sa vie.

Pour voir mon coeur de ses maux allégé,
Je voudrais être en Narcisse changé,
Et que fussiez fontaine devenue,

Ou moi fontaine et vous Narcisse, afin
De vous baiser la gorge et le tétin,
Et qu’en vos bras ma fin fût advenue.

Recueil : Les loyalles et pudiques amours

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Mot-macumba

Or que la nuit et le silence