À La princesse Augusta De Brunswick

Proscrit, errant, sans foyer, sans patrie,
Cet enfant nouveau né d’une épouse chérie,
Même en nous consolant ajoutait à nos maux ;
Mais des infortunés la généreuse amie
Lui daigne ouvrir ses bras et son âme attendrie !
Sous des auspices aussi beaux,
Ah ! qu’il est doux d’arriver à la vie !
Tel ce bouton frais et vermeil,
Qui dans l’hiver n’osait éclore,
N’attendait pour s’ouvrir qu’un rayon du soleil
Ou qu’une larme de l’aurore.
Heureux enfant, du céleste flambeau
Apprends-nous donc enfin à bénir la lumière ;
Mêle ton doux sourire aux larmes de ta mère,
Et puisse, jusques au tombeau,
T’accompagner dans ta carrière,
Ce rayon de bonheur tombé sur ton berceau !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments