Capitales

Capitales oubli de la grande famine

Totem de la douleur

Vous êtes l’existence de la totalité divine

Débris de savanes et de forêts impénétrables

Vierges impénétrables et vierges

Labyrinthe où la misère se transforme en rêve de fusion

Et le vent n’a rien à faire ici

Sinon se plaindre de tant de blocs entassés

Où tant de morts ont construit des tombeaux

Capitales totem de la douleur

Que le vent transformera en poussière de vent

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments