De Rose

Ce n’est point la paquerete,
La marguerite, le lis,
L’oeillet ny la violete,
La fleur où mon coeur j’ay mis.

J’aime entre les fleurs la rose,
Car elle porte le nom
D’une qui mon ame a close
A toute autre affection.

La rose entre les fleurétes
Gagne l’honeur et le pris :
Parféte entre les parfétes
Est la Rose qui m’a pris.

L’autre rose l’on voit nestre,
Comme fille du printems,
Mais un printems prend son estre
De cette Rose en tout tems.

La mienne, où queue se place
Cent mille fleurs fèt lever,
Et, fustce dessus la glace,
Fêt un aeté de l’yver.

Cette Rose tant émée
Comme l’autre ne sera,
Qui de matin estimée
Au soir se destimera.

Car l’autre rose fanie
Pourra perdre sa vigueur :
Tousjours la mienne épanie
Florira dedans mon coeur.

Amour de douce rosée
Cette Rose arousera
Quand ma compagne épousée
De maîtresse il la fera.

Les Passe-temps

Voter pour ce poème!

Jean-Antoine De Baïf Apprenti Poète

Par Jean-Antoine De Baïf

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le 19 février 1532, et mort à Paris le 19 septembre 1589, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une page de l'histoire poétique de notre forum. Écrivez votre chapitre, tel un Camus des vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Centaures et lapithes

Le Satyre