Voulez-vous voir ce traict qui si roide s’eslance

Voulezvous voir ce traict qui si roide s’eslance
Dedans l’air qu’il poursuit au partir de la main ?
Il monte, il monte, il perd : mais helas ! tout soudain
Il retombe, il retombe, et perd sa violence.

C’est le train de noz jours, c’est ceste outrecuidance
Que ces monstres de Terre allaittent de leur sein,
Qui baise ore des monts le sommet plus haultain,
Ores sur les rochers de ces vallons s’offence.

Voire ce sont noz jours : quand tu seras monté
A ce point de hauteur, à ce point arresté,
Qui ne se peut forcer, il te faudra descendre.

Le traict est empenné, l’air, qu’il va poursuyvant,
C’est le champ de l’orage : hé ! commence d’apprendre
Que ta vie est de Plume, et le monde de Vent.

Voter pour ce poème!

Jean De Sponde Apprenti Poète

Par Jean De Sponde

Jean de Sponde, né en 1557 à Mauléon-sur-Soule et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque basque français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Pantin de la petite Jeanne

Pantoum