Le coq chante là-bas ; un faible jour tranquille

Le coq chante làbas ; un faible jour tranquille
Blanchit autour de moi ;
Une dernière flamme aux portes de la ville
Brille au mur de l’octroi.

Ô mon second berceau, Paris, tu dors encore
Quand je suis éveillé
Et que j’entends le pouls de mon grand coeur sonore
Sombre et dépareillé.

Que veutil, que veutil, ce coeur ? malgré la cendre
Du temps, malgré les maux,
Pensetil reverdir, comme la tige tendre
Se couvre de rameaux ?

Les Stances

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Élégie pour Martin Luther King

D’anciennement transposé (II)