Ô Vent plaisant, qui d’haleine odorante…

Ô Vent plaisant, qui d’haleine odorante
Embaumez l’air du baume de ces fleurs !
Ô Pré joyeux, où versèrent leurs pleurs
Le bon Damoete et la belle Amaranthe !

Ô Bois ombreux, ô Rivière courante,
Qui vis en bien échanger leurs malheurs,
Qui vis en joie échanger leurs douleurs,
Et l’une en l’autre une âme respirante !

L’âge or’leur fait quitter l’humain plaisir;
Mais, bien qu’ils soient touchés d’un saint désir
De rejeter tout amour en arrière,

Toujours pourtant un remord gracieux
Leur fait aimer, en voyant ces beaux lieux,
Ce Vent, ce Pré, ce Bois, cette Rivière.

Voter pour ce poème!

Jean Vauquelin De La Fresnaye Apprenti Poète

Par Jean Vauquelin De La Fresnaye

Jean Vauquelin de La Fresnaye, né à La Fresnaye-au-Sauvage vers 1536 et mort à Caen en 1607, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A Charles Desfossez

Combien elle est facilement ravie