Jeux

Ah ! la Lune, la Lune m’obsède…
Croyezvous qu’il y ait un remède ?

Morte ? Se peutil pas qu’elle dorme
Grise de cosmiques chloroformes ?

Rosace en tombale efflorescence
De la Basilique du Silence,

Tu persistes dans ton attitude,
Quand je suffoque de solitude!

Oui, oui, tu as la gorge bien faite ;
Mais, si jamais je ne m’y allaite ?…

Encore un soir, et mes berquinades
S’en iront rire à la débandade,

Traitant mon platonisme si digne
D’extase de pêcheur à la ligne !

Salve Régina des Lis ! reine,
Je te veux percer de mes phalènes !

Je veux baiser ta patène triste,
Plat veuf du chef de Saint Jean Baptiste !

Je veux trouver un lied ! qui te touche
A te faire émigrer vers ma bouche !

Mais, même plus de rimes à Lune…
Ah ! quelle regrettable lacune !

L’Imitation de N.D la Lune

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments