Sur le passage de la Mer Rouge

Sur ton Dieu, peuple saint, justement tu te fondes,
Sa main, pour t’arracher à tes cruels bourreaux,
Fendant pour toi la mer, écartant ses roseaux,
Fait deux murs de cristal de ses eaux vagabondes.

Les poissons, bondissant de leurs grottes profondes,
Suspendus et fixés dans la glace des eaux,
Semblent, d’un oeil jaloux, voir les hôtes nouveaux
Qui marchent à pied sec dans l’abîme des ondes.

Que te sert, ô tyran ! de marcher sur leur pas ?
Tous les flots, retournés, te portent le trépas,
Quand Israël, sauvé, se voit sur le rivage.

Ainsi, malgré l’effort du Démon furieux,
Dieu te fait, ô chrétien ! de la mort un passage
Qui te conduit, du monde, à l’empire des cieux.

Sonnets chrétiens

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Laurent Drelincourt

Laurent Drelincourt, né le 14 janvier 1625 à Paris et mort le 2 juin 1680 à Niort, est un poète et pasteur français. Il est le fils du pasteur Charles Drelincourt, figure importante de la communauté réformée en France.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez-nous et laissez vos mots s'envoler comme des papillons, comme le faisait Desnos.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sur la naissance du comte de Paris

Les mains d’arthur rimbaud