Sur l’or

Vieux tyran, d’obscure naissance,
Brillant et pâle séducteur,
Subtil et volage enchanteur,
Sujet de trouble et d’insolence ;

Vaine idole, dont la puissance
Soustrait les coeurs au Créateur,
Métal, de tant de maux l’auteur,
Objet de crainte et d’espérance ;

Or fatal, tu viens de l’Enfer,
Pour nous faire un siècle de fer,
Dans le riche siècle où nous sommes.

Mais, ô vertu, rare trésor !
Si tu descendais sur les hommes,
On reverrait le Siècle d’Or.

Sonnets chrétiens

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments