Posthuma

Je ne commettrai pas le crime poétique
De m’endormir parmi les parfums et les fleurs ;
Les fleurs dont j’ai saisi le langage mystique
Ont trop fait couler de mes pleurs.

Ma mort sera plus lente et sera non moins sûre ;
Il est d’autres moyens que la vague ou l’acier :
Le fleuve rend sa proie, on panse une blessure,
Ton parfum n’est pas meurtrier.

Voter pour ce poème!

Vous êtes le seul qui peut nous sauver de l'ennui mortel de ne pas avoir de commentaires sur notre poème. S'il vous plaît, faites-nous cet honneur.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments