Le Sapin

Il est un arbre fier, droit, austère et robuste,

Que n’aime pas l’oiseau, ni la fleur, ni l’arbuste,

Ni la vigne flexible aux rameaux caressants.

Floréal le dédaigne et brumaire l’oublie ;

Et jamais on ne voit que la tempête plie

Sa tête échevelée ou ses bras menaçants.
Il vit seul au milieu de la forêt immense.

Le froid et la nuit sont où son ombre commence,

Et, dans le sentiment de ce grand abandon,

Il monte hardiment plus haut que tous les chênes,

Jusqu’à ce que, le front chargé de lourdes chaînes,

Il tombe tout entier aux pieds du bûcheron.
— Je sais un cœur aussi qui porte dans la vie

Son deuil, sans que jamais de sa ligne il dévie,

Seul partout et toujours épris de l’idéal.

Mais, ainsi qu’au sapin à la triste verdure,

Que m’importent le vent, la pluie ou la froidure,

Le matin ou le soir, brumaire ou floréal ?…
Mai 18…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Il va neiger…

Misère de l’homme du monde