J’ai vu le Diable, l’autre nuit

J’ai vu le Diable, l’autre nuit ;
Et, dessous sa pelure,
Il n’est pas aisé de conclure
S’il faut dire : Elle, ou : Lui.

Sa gorge, avait l’air sous la faille,
De trembler de désir :
Tel, aux mains prés de le saisir,
Un bel oiseau défaille.

Telle, à la soif, dans Blidah bleu,
S’offre la pomme douce ;
Ou bien l’oronge, sous la mousse,
Lorsque tout bas il pleut.

‘ Ah ! ‘ dit Satan, et le silence
Frémissait à sa voix,
‘ Ils ne tombent pas tous, tu vois,
Les fruits de la Science ‘.

Contrerimes

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Ronde sentimentale

Chanson : Quand je vous dis que vos yeux…