Sur mes vingt ans, pur d’offense et de vice

Sur mes vingt ans, pur d’offense et de vice,
Guidé, malcaut, d’un trop aveugle oiseau,
Ayant encore le menton damoiseau,
Sain et gaillard je vins à ton service.

Mais, ô cruelle, outré de ta malice,
Je m’en retourne en une vieille peau,
En chef grison, en perte de mon beau :
Tels sont d’Amour les jeux et l’exercice.

Hélas, que disje ! où veuxje m’en aller ?
D’un autre bien je ne me puis soûler.
Comme la caille, Amour, tu me fais être,

Qui de poison s’engraisse et se repaît.
D’un autre bien je ne me veux repaître,
Ni vivre ailleurs, tant ta poison me plaît.

Premier livre des Amours

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’en est donc fait ! par des tyrans cruels

épactes