Les vivants et les morts

Les vivants et les morts ont de grandes oreilles les vivants et les morts entendent l’eau qui dort

Les vivants et les morts ont des voix sans pareilles les vivants et les morts sont des êtres

sonores

Les vivants et les morts quand dorment pas ils veillent les vivants et les morts tombent toujours d’accord

Les vivants et les morts prennent de la bouteille les vivants et les morts ne sont pas inodores

Les vivants et les morts l’un l’autre se surveillent les vivants et les morts changent de passeports

Les virants et les morts brunissent au soleil les vivants et les morts chauffent leur déconfort

Les vivants et les morts plongés dans leur sommeil les vivants et les morts ont de grandes dolors

Les vivants et les morts déprivés de conseils les vivants et les morts ont un bien triste sort

Les vivants et les morts marchent sur leurs orteils les vivants et les morts ne courent pas bien forte

Les vivants et les morts bâayent aux corneilles les vivants et les morts à la fin s’évaporent

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments