La Furtive

La furtive s’assoit dans les hautes herbes pour se reposer d’une course épuisante à travers une campagne déserte.

Poursuivie, traquée, espionnée, dénoncée, vendue.

Hors de toute loi, hors de toute atteinte.

À la même heure s’abattent les cartes

Et un homme dit à un autre homme :

« À demain. »

Demain, il sera mort ou parti loin de là.

À l’heure où tremblent les rideaux blancs sur la nuit profonde,

Où le lit bouleversé des montagnes béant vers son hôtesse disparue

Attend quelque géante d’au-delà de l’horizon,

S’assoit la furtive, s’endort la furtive.

Ne faites pas de bruit, laissez reposer la furtive

Dans un coin de cette page.
Craignez qu’elle ne s’éveille,

Plus affolée qu’un oiseau se heurtant aux meubles et aux murs.

Craignez qu’elle ne meure chez vous,

Craignez qu’elle s’en aille, toutes vitres brisées,

Craignez qu’elle ne se cache dans un angle obscur,

Craignez de réveiller la furtive endormie.

Voter pour ce poème!

Robert Desnos Apprenti Poète

Par Robert Desnos

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos commentaires sont le carburant de notre inspiration. Alimentez notre feu poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Satire II

Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait