La tortue

Tortue, ô ma petite sœur,

Moi, je sais que tu suis un rêve,

Dans le gazon gonflé de sève,

Dans le jardin qui sent la fleur.
Tous ceux qui n’ont qu’une âme brève

N’ont découvert que ta lenteur ;

Tortue, ô ma petite sœur,

Moi, je sais que tu suis un rêve.
Sous l’inoubliable lourdeur

De cette écaille, que soulève

Le rythme d’un trop faible cœur,

Tu rêves d’un monde meilleur,

Tortue, ô ma petite sœur !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments