Au laurier

Si j’étais vraiment le bon ouvrier

Que du noir oubli sa volonté sauve,

Ce que je voudrais, c’est toi, noir Laurier,

Sur ma tête chauve.
Car feuillage sombre, effroi des méchants,

Lorsque je te vois, mon âme savoure,

Devant tes rameaux, la gloire des chants

Et de la bravoure.
Héros et rimeurs, sous les grands cieux clairs,

Nous sentons en nous le même délire

Et la chaste Épée aux brillants éclairs

Est soeur de la Lyre.
Pour revivre un jour sur les blancs frontons,

Quand le clairon d’or enfle son haleine,

C’est d’un coeur égal que nous combattons

Pour la sage Hélène.
Henri Quatre, ainsi que François Premier,

Brûlé d’une ardeur jamais endormie,

En quittant le casque au hardi cimier,

Célébrait sa mie.
Et dans le passé farouche et saignant

Quand mon souvenir enflammé recule,

Je revois Linos, chanteur, enseignant

Son élève Hercule.
Eschyle, superbe entre les grands coeurs,

Pour qui les exploits sont des intermèdes,

Avant de rhythmer l’ode pour ses choeurs,

Combattait les Mèdes.
Et le fauve Achille au casque mouvant,

Lorsque son armure était dégrafée,

Charmait la cithare, et fut un savant

Chanteur, comme Orphée.

Voter pour ce poème!

Tu as lu ce poème et tu n'as pas encore laissé de commentaire? Quel gâchis! Donne ton avis, nous t'écoutons!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments