Nourmahal-la-Rousse

Entre deux rocs d’un noir d’ébène
Voyez-vous ce sombre hallier
Qui se hérisse dans la plaine
Ainsi qu’une touffe de laine
Entre les cornes du bélier ?

Là, dans une ombre non frayée,
Grondent, le tigre ensanglanté,
La lionne, mère effrayée,
Le chacal, l’hyène rayée,
Et le léopard tacheté.

Là, des monstres de toute forme
Rampent : — le basilic rêvant,
L’hippopotame au ventre énorme,
Et le boa, vaste et difforme,
Qui semble un tronc d’arbre vivant.

L’orfraie aux paupières vermeilles,
Le serpent, le singe méchant,
Sifflent comme un essaim d’abeilles ;
L’éléphant aux larges oreilles
Casse les bambous en marchant.

Là, vit la sauvage famille
Qui glapit, bourdonne et mugit.
Le bois entier hurle et fourmille.
Sous chaque buisson un oeil brille,
Dans chaque antre une voix rugit.

Eh bien ! seul et nu sur la mousse,
Dans ce bois-là je serais mieux
Que devant Nourmahal-la-Rousse,
Qui parle avec une voix douce
Et regarde avec de doux yeux.

Le 25 novembre 1828.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments