comédie comme on dit,

La comédie,

bien qu’écrite pour le rire
elle critique sans remords,
de nos travers assume
les écarts et les tors,
dans son feu se consume
l’idiotie des empires,

pour le metteur en scène,
adepte des records,
la première présume
tant de curieux efforts,
qu’en spectateurs nous dûmes,
remercier les mécènes,

tous se nouent en coulisses,
les mots et les costumes,
les phrases et les décors
s’entrelacent les coutumes,
en recherche d’accords
ils se portent et se hissent,

jouent là, comme édit,
dominant en renfort
d’astuces et d’amertumes
contrastant faibles et forts,
tels en humains nous plûmes !
jougs de la comédie…

 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments