la tranchée,

La tranchée,

 

étiez-vous trop heureux pour jeter à la guerre,
le fer contre les corps, la vie contre la mort ?
eussiez-vous préféré trop peureux, un accord
évitant tout ce sang innocent sur la terre ?

aucune excuse ne vient et ne viendra jamais,
si pour vous reproduire vous réclamiez l’amour,
vous avez pour détruire fait des nuits et des jours,
un concert de nations en haine désormais,

et si vous continuez à vouloir la justice,
alors préparez-vous dans vos États de droits,
à subir la peine encourue par la voix
des âmes sacrifiées par au moins trois supplices !

Tout d’abord d’obéir à des ordres tranchés,
et puis avoir fait croire à l’honneur du soldat,
enfin par le courage quand du regard céda,
la dérisoire fratrie, naissant dans la tranchée…

 

écrit après le visionnage de cette vidéo : https://youtu.be/xjXzM6acAc4

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La plume est votre épée, le commentaire est votre bouclier. Défendez la beauté de la poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Préservation

vanité, vanité…