Qu’inférez-vous, menteurs, par vos beaux arguments

Qu’inférezvous, menteurs, par vos beaux arguments,
Que toutes choses sont un seul être immobile ?
Vous n’avez fondement qui ne soit trop débile,
La nature le montre avec ses mouvements.

Et puisque le chaos reçoit les ornements
Qui donnent l’être heureux à sa masse infertile,
Ornements différents, quelle règle subtile
Peut établir le fond de vos enseignements ?

Mais ditesmoi pourquoi ores feu, ores glace,
J’éprouve ores la paix et ores la menace,
Si tout est immobil comme ma loyauté ?

Et si l’être n’est qu’un, que ne suisje en ma belle,
Et ma rebelle en moi, en essence éternelle,
Toute unique en amour, toute unique en beauté ?

Poésies

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments