Conciliabules

A grignoter un levant

à replier un couchant

Les animaux se seront enfuis

emportant hors de la ville

sa dernière clé de chaleur.

Pour l’heure il n’est question

à peine

que d’une porte à démasquer

en tâtonnant à travers

la désolation de l’intime terreau

jusqu’à la vitesse de tendresse hasardeuse

qui fait mon frère l’arbre résolu

Mon frère le vent à la vague déchiquetée

Mon frère l’écœuré volcan

Et le sanglot sans cesse ravalé

du ressac

Voter pour ce poème!

Aimé Césaire Apprenti Poète

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le reflet de l'âme. Laissez votre reflet briller ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

C’est le premier matin du monde

Le Mot et la Chose