Faveur des alizés (prose pour le soleil)

Il ne suffit pas.
Il lui arrive perdant la tête de n’être qu’un crabe morbide, s’étudiant à son aise dans le hennissement sourd de ses rayons.
Dans ce cas c’est le vent qui l’anime, le vent, et qui l’empêche de se complaire dans la lourdeur des peuples.

Des fleurs, je dirai qu’elles se concentrent sur ce que personne ne soupçonne être leur parfum.
C’est le piège.
Le soleil, pèse, pose.

Le vent le décompose, le déconcerte, liberté.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments