Royaume

ce coup de couteau d’un vomi de chicots dans le ventre

du vent

ce semis de guanos stérile au demeurant

au pas de course la grue solaire s’en chargea jusqu’au pissat sauvage d’un ravin rugissant

(hoquet des anges bol ébréché

si haut placée l’eau des flaques

l’eau des fièvres se déconcerte aux yeux)

la marée montante aux pieds déjà l’incrustant d’une sanie de coquillages sévères

pourrir

le répit lui consentit de titre certain en royaume

ce crime assigné non à tort de tous les feux du
Levant.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments