Portrait de l’auteur en hanneton

Parmi les vingt ou vingt-cinq vies que j’ai vécues

et qui, j’en suis certain, ne sauraient présenter

le moindre attrait pour les bons citoyens,

il en est une

qui m’a laissé rêveur.

J’étais ces années-là un hanneton.

Je rampais au hasard sur un pétale,

sur un objet rugueux,

sur le bras nu d’une femme très rousse.

Quelquefois je tombais dans un ruisseau.

Je ne mesurais pas le monde,

auquel je découvrais mille parfums.

J’étais lourd de vertiges.

Un enfant m’a saisi : j’en fus heureux.

Bientôt pourtant il m’arrachait les ailes.

Ma vie d’insecte a été, je crois bien,

sans soupir ni pensée,

la moins nuisible.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments