La chamade

J’ai beau défendre ma coquetterie, mes blessures
Taxé de luxe, délester mes sensations de leurs criminels
Languir parmi les zèbres, les tambours-majors en deuil
Je suis jeté, hérisson de la panique, sur le fumier du possible

Folle angoisse — soulier verni !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments