La possession du rien

Visiteuse hantée, fendue comme un tremble,
La gomme de ton sang efface ta pâleur.

Vagues de brouillard, vous remontez la pente de l’augure,

spectrales
Et cependant, telle, creuse, évanouie,
Que leur es-tu,
Terre de
Miennéité,
Que leur es-tu, toi, émoi qui chavires ma chaloupe, les

yeux myopes de ma poupée ?
Tu donnes le branle à l’éternel exode de l’être.
Fouineuse, surdorée, marocaine,
La chienne de tes boucles patiemment déchiqueté mes

terreurs.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments