Ta figure douce…

Ta figure douce souffrait.

Tes larmes que j’ai avalées,

petite amie, étaient salées

comme une herbe de marée.
Elles m’ont mordu la langue…

Tu t’en allais tristement

prendre l’omnibus lourd et lent,

en pleurant que je m’en aille ;
et ta bouche sur ma bouche,

ta tête faisait des sauts,

et tu étais douce

en pleurant doucement…
Il y a là sur la fenêtre

des liserons bleus où il a plu.

Ils bougent comme un baiser sur

ta fine et douce tête.
Tu ne m’as pas ennuyé.

Les autres m’ont ennuyé.

Mon cœur est triste et ennuyé

comme un ange ennuyé.
Les mouches volent aux vitres

pendant que je pense à toi.

Tout est triste comme moi.

Tout est triste.

Voter pour ce poème!

Francis Jammes Apprenti Poète

Par Francis Jammes

Francis Jammes, né à Tournay le 2 décembre 1868 et mort à Hasparren le 1ᵉʳ novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'océan des mots, chaque commentaire est une vague de Verlaine. Venez créer votre marée.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Passage Clandestin

Le Petit Damné