Sigalon

« — Viens, laisse-là ces morts, lui disait Michel-Ange, »
Et son doigt dédaigneux montrait le Jugement ;
« Sur ces murs où tout passe, en ce monde où tout change,
L’œuvre s’use, et le nom ne survit qu’un moment.

Viens, tu verras là-haut la beauté sans mélange,
Celle que ton génie évoque vainement ;
Toute image terrestre a sa tache de fange :
Dieu n’a fait d’astres purs que pour son firmament. »

Et lui, pour obéir à cette voix divine,
Moins triste, le matin, a quitté la Sixtine,
Et le soir il était sur le chemin des cieux,

Oubliant qu’il laissait, après lui, sur la terre
Des cœurs qu’en s’exhalant sa parole dernière
Ne trouverait pas prêts pour de si longs adieux.

Voter pour ce poème!

Antoine de Latour Apprenti Poète

Par Antoine de Latour

Antoine Tenant de Latour, né à Saint-Yrieix le 30 août 1808, mort à Sceaux le 27 avril 1881, est un écrivain français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Jocelyn, le 16 décembre 1793

L’écran