La campagne

De l’eau qui tombe goutte à goutte,
Chrysa, je n’entends plus le bruit :
Le ciel est clair, l’ouragan fuit ;
L’oiseau joue au bord de la route.

Entre les sentiers tortueux,
Sous les verts buissons d’aubépines,
Parmi les touffes d’églantines,
Chrysa, veux-tu venir tous deux ?

Les papillons du crépuscule
De nouveau brillent étalés,
Sous le vent la prairie ondule,
La caille chante dans les blés…

Viens, avant que le jour finisse,
Viens, Chrysa, donne-moi la main ;
Du vallon prenons le chemin :
L’heure aux doux songes est propice !…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments