Les chercheurs d’or

Ambitieux poussés par une même faim,
Urbain au geste digne, et voyou de la rue,
Racaille, paysan qui laisse sa charrue,
Ils vont dans l’ignoré défier le destin.

Sous un ciel sans soleil poursuivant son chemin,
Au milieu de la plaine inquiétante et nue,
C’est peutêtre à la mort que court cette cohue
Ruée aveuglément à son espoir lointain…

Affamés qui jouez contre l’or votre vie,
Foule dont l’âme avide au gain est asservie,
Arrêtezvous devant l’exemple du passé !

Mesurez jusqu’au bout l’immense et blanc suaire,
Écoutez la chanson que la bise polaire
Souffle à travers les os jonchant le sol glacé !

Les étoiles filantes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le soleil s’est couché ce soir dans les nuées

Dernier rappel