Amour

Viens avec moi, là bas dans la prairie,
Toi dont le coeur est pur ;
Viens avec moi chercher la rêverie
Sous ce beau ciel d’azur.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moimême,
O ! je t’aime, je t’aime.

La paquerette à l’aurore vermeille
A fait sécher ses pleurs.
Viens avec moi pour orner ta corbeille
Des plus tendres couleurs.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moimême,
O ! je t’aime, je t’aime.

Sous cet ormeau le rossignol qui chante
Voudrait nous retenir,
Quels doux accents, il parle à son amante,
Ah ! c’est pour l’attendrir.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moimême,
O ! je t’aime, je t’aime.

Ainsi que lui, que ma lèvre brûlante
T’exprime mes amours.
Je touche aux plis de ta robe flottante
Et te dirai toujours :
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moimême,
O ! je t’aime, je t’aime.

Un doux baiser sur ta lèvre si rose ?
Ne montre point d’aigreur.
S’aimer, le dire… est une sainte chose
Qui ne porte point malheur.
Jeune fille aux yeux noirs, oui, bien plus que moimême,
O ! je t’aime, je t’aime.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Mobile fléau de songes étranges

Prolongation de séjour