Le retour d’Adonis

Maîtresse de la haute Éryx, toi qui te joues
Dans Golgos, sous les myrtes verts,
Ô blanche Aphrodita, charme de l’univers,
Dionaiade aux belles joues !
Après douze longs mois Adonis t’est rendu,
Et, dans leurs bras charmants, les Heures,
L’ayant ramené jeune en tes riches demeures,
Sur un lit d’or l’ont étendu.
À l’abri du feuillage et des fleurs et des herbes,
D’huile syrienne embaumé,
Il repose, le Dieu brillant, le Bien-Aimé,
Le jeune Homme aux lèvres imberbes.
Autour de lui, sur des trépieds étincelants,
Vainqueurs des nocturnes Puissances,
Brûlent des feux mêlés à de vives essences,
Qui colorent ses membres blancs ;
Et sous l’anis flexible et le safran sauvage,
Des Éros, au vol diligent,
Dont le corps est d’ébène et la plume d’argent,
Rafraîchissent son clair visage.
Sois heureuse, ô Kypris, puisqu’il est revenu,
Celui qui dore les nuées !
Et vous, Vierges, chantez, ceintures dénouées,
Cheveux épars et le sein nu.
Près de la Mer stérile, et dès l’Aube première,
Joyeuses et dansant en rond,
Chantez l’Enfant divin qui sort de l’Akhérôn,
Vêtu de gloire et de lumière !

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Charles Marie René Leconte de Lisle

Leconte de Lisle est un poète français, né le 22 octobre 1818 à Saint-Paul sur l'île de la Réunion et mort le 17 juillet 1894 à Voisins. Leconte de Lisle est le vrai nom de famille du poète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse de l'âme. Enchaînez vos mots, comme un poème de Nijinsky, et dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’amitié

A un poète