A un poète ignorant

Qu’on mène aux champs ce coquardeau,
Lequel gâte (quand il compose)
Raison, mesure, texte et glose,
Soit en ballade ou en rondeau.

Il n’a cervelle ne cerveau.
C’est pourquoi si haut crier j’ose :
‘ Qu’on mène aux champs ce coquardeau. ‘

S’il veut rien faire de nouveau,
Qu’il oeuvre hardiment en prose
(J’entends s’il en sait quelque chose) :
Car en rime ce n’est qu’un veau,
Qu’on mène aux champs.

L’Adolescence clémentine

Voter pour ce poème!

Vous ne voulez pas finir comme le poète méconnu La Fontaine ? Laissez un commentaire pour montrer votre appréciation !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments