Le livre de mon cœur

La Porte-Saint-Martin va donner des Mystères
Où Paris tout entier se hâte d’accourir.
Tout manque, les balcons, les loges, les parterres ;
J’ai pourtant une place et je vais vous l’offrir.

Ce théâtre où jadis je vous ai rencontrée
Me rappelle un passé bien cruel et bien doux.
C’était un soir d’été, douce et chaude soirée ;
Je m’en souviens encor : vous en souvenez-vous ?

Que de choses depuis ! — La vie est ainsi faite.
Je voulais vous avoir, vous n’avez pas voulu
Et j’ouvris devant vous oublieuse et distraite
Le livre de mon cœur où vous n’avez rien lu.

Eh bien, il est au moins un bienfait que j’implore,
Triste et suprême appel que vous fera ma voix,
Qu’une dernière fois je vous revoie encore
Aux lieux où je vous vis pour la première fois !

Comme un oiseau blessé qui vient, l’aile meurtrie,
Mourir près de son nid, au bord de son ruisseau.
Qu’ainsi mon pauvre amour, brisé par vous, Marie.
Vienne chercher sa tombe auprès de son berceau !

Voter pour ce poème!

Félix Arvers Apprenti Poète

Par Félix Arvers

Alexis-Félix Arvers, né le 23 juillet 1806 à Paris et mort le 7 novembre 1850 à la maison municipale de santé Dubois à Paris, est un poète et dramaturge français, célèbre pour son Sonnet, l'une des pièces poétiques les plus populaires de son siècle.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Entrez dans notre jardin de poésie, où vos mots peuvent rivaliser avec ceux de Victor Hugo lui-même.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le commencement de l’année

Le poète