À M. du Maine

(Sur ses œuvres spirituelles.)

1611.

Tu me ravis, Du Maine, il faut que je l’avoue ;
Et tes sacrés discours me charment tellement,
Que le monde aujourd’hui ne m’étant plus que boue,
Je me tiens profané d’en parler seulement.

Je renonce à l’amour, je quitte son empire,
Et ne veux point d’excuse à mon impiété,
Si la beauté des cieux n’est l’unique beauté
Dont on m’orra jamais les merveilles écrire.

Caliste se plaindra de voir si peu durer
La forte passion qui me faisait jurer
Qu’elle aurait en mes vers une gloire éternelle :

Mais si mon jugement n’est point hors de son lieu,
Dois-je estimer l’ennui de me séparer d’elle
Autant que le plaisir de me donner à Dieu ?

Voter pour ce poème!

François de Malherbe Apprenti Poète

Par François de Malherbe

François de Malherbe est un poète français, né à Caen vers 1555 et mort à Paris le 16 octobre 1628. Il est le fils de François, écuyer, seigneur de Digny, conseiller au bailliage et présidial de Caen, et de Louise Le Vallois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des échappatoires vers d'autres mondes. Ouvrez une porte, comme le faisait Saint-Exupéry, et entrez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Amours d’oiseaux

À la marquise de Rambouillet